Le métier de céramiste-potier comprend, comme tout métier manuel, deux catégories de savoirs.

La connaissance intellectuelle

Savoir quelle terre utiliser pour tourner, quels outils et machines choisir pour constituer son atelier, quel four acheter en fonction de ses envies artistiques, comment configurer ce four pour obtenir des résultats précis, quels mélanges de poudres utiliser pour fabriquer l’émail qui recouvrira la céramique, etc.

Le savoir-faire gestuel manuel

Connaître les bons gestes pour centrer une boule de terre, la monter en chandelle, puis lui donner la forme de notre choix. Ici il ne suffit pas de savoir exécuter tous les gestes possibles pour obtenir telle ou telle forme, il faut pouvoir répéter le geste, encore et encore, jusqu’à ce que cela devienne des gestes réflexes, que les mains et les bras puissent agir sans avoir à y penser. 

Car un tour de potier va vite, et pour redresser un pot qui part de travers, on n’a pas toujours le temps de réfléchir à ce qu’il faudrait faire pour recentrer la terre sur le tour.

La précision du geste fait toute la différence pour un potier. C’est ce qui va lui permettre de passer d’un poids de 800gr, un petit vase, à un poids de 3kg, un gros vase. Et la précision s’acquiert à force de répétition, il ne suffit pas de le décider !

Il faut également garder en tête que pour vivre de son métier, le céramiste doit pouvoir être rentable, et pour cela son bien le plus précieux est le temps. Moins il passera de temps sur un pot, plus le potier sera rentable. Apprendre le métier de céramiste-potier, ce n’est donc pas seulement apprendre à tourner des céramiques impeccablement, mais aussi apprendre à le faire rapidement.

Pour atteindre un niveau de précision et de rapidité suffisant pour commencer à vivre de son métier de céramiste-potier, il est donc recommandé de tourner tous les jours, 6 à 7 heures par jour, durant au moins une année scolaire (10 mois) ! 

C’est d’ailleurs le rythme le plus souvent proposé dans les écoles professionnalisantes comme l’école Créamik, qui propose un cursus sur 1 an. Bien sûr, la majorité des personnes qui s’inscrivent dans une école de poterie pour devenir professionnels ont déjà expérimenté le tournage en amateur (ce qui est tout à fait recommandé, car il serait risqué de s’engager à tourner plus de 6 heures par jour pendant un an sans s’être assuré au préalable qu’il s’agit d’une véritable passion !) 

Le temps d’apprentissage nécessaire pour devenir professionnel, c’est à dire avoir au minimum le niveau requis pour obtenir un CAP tournage, peut varier d’une personne à l’autre, suivant le nombre d’heures accumulées dans des cours amateurs avant de vouloir passer professionnel. 

Mais un an de formation continue représente bien un minimum, et donc même si vous avez déjà une expérience en amateur, un an d’entraînement intensif ne sera pas superflu.

D’autant que lors de cette formation d’un an, il vous faudra également aborder les techniques annexes au tournage, tout aussi indispensables pour un potier, à savoir la création de moules en plâtre (encore une fois, pour permettre un meilleur rendement de votre temps, et pour fabriquer des pièces qui ne sont pas réalisables au tournage) ; la pose des émaux (qui demande également une gestuelle maîtrisée, pour réussir à appliquer les couches d’émail correctement), etc.

Bien sûr il faut du temps également pour engranger, retenir et vraiment assimiler la multitude de petites informations (connaissance intellectuelle) sur le métier de potier-céramiste en général (les phases et courbes de cuissons, les astuces pour fabriquer ses outils, apprendre à calculer des émaux avant de les fabriquer soi-même, etc. La liste est très longue).

Prendre un an pour se former sérieusement, c’est aussi prendre le temps d’associer les connaissances intellectuelles et les savoir-faire gestuels, s’approprier son apprentissage pour créer sa propre façon de faire.

L’apprentissage d’une vie

Il vous restera ensuite toute la vie pour approfondir encore votre connaissance et votre savoir-faire, car même si l’on peut vivre de ce métier au bout d’un an de formation complète, le monde de la céramique est très vaste, et il a toujours de nouvelles techniques à vous faire explorer !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici