Si vous voulez associer les atouts du salariat et la liberté de l’indépendant, deux possibilités s’offrent à vous. Soit, vous choisissez le système de management de transition, soit vous passez par une société de portage salarial.

Ces deux options peuvent néanmoins s’associer selon la nature de vos interventions au sein d’une entreprise. Le point sur leur différence.

 

Le management de transition

Le management transition est une alternative pour bénéficier de certaines compétences hautement qualifiées en matière de gestion en entreprise. Le manager est ainsi amené à s’occuper de la gestion managériale et opérationnelle d’une organisation durant une période transitoire.

  • Mission

Les entreprises choisissent la solution de management de transition pour diriger de nouveaux projets ou mener des phases de transformation. Le manager de transition doit pouvoir mettre rapidement en œuvre et optimiser les stratégies définies par l’entreprise. Mais ses compétences sont aussi sollicitées pour résoudre des difficultés opérationnelles au sein de l’entreprise d’accueil.

  • Cadre d’intervention

La présence d’un manager de transition est utile à l’entreprise dans un cadre précis de son organisation ou de sa réorganisation. Le plus souvent, cette fonction managériale prévoit de gérer une équipe déjà en place, souvent reprise au pied levé, notamment pour les missions d’intérim. L’environnement de travail est parfois complexe, tenant compte des exigences en matière de management de transition. Le manager déploie ainsi ses expériences et ses compétences à la fois organisationnelles, juridiques et financières.

  • Profil requis

Les missions dans le cadre d’un management de transition se prêtent souvent aux situations d’urgence, donc pour une durée limitée. Face aux risques de conflits ou de blocages qui surviennent régulièrement, le manager de transition doit être polyvalent et réactif. Il doit ainsi s’accommoder rapidement avec son environnement de travail afin de réussir sa mission.

  • Conditions liées à son exercice

Disposant d’une réelle expertise dans son domaine, le manager de transition s’adapte facilement à ses conditions de travail. Il acquiert ainsi un statut particulier lié à ses compétences significatives et aux aptitudes à négocier pour conduire tout changement.

Son contrat, pouvant s’étendre sur un mois ou sur une année, va de pair avec la nature de sa mission. Les conditions de sa rémunération dépendent des conventions établies entre le cabinet de recrutement, ou la société de portage salarial, avec l’entreprise qui l’engage.

Le portage salarial

Le portage salarial est une activité définie et encadrée par l’article L 1251 – 64 du Code du travail. Une relation de travail s’établit de façon contractuelle entre une société de portage, une personne portée et une entreprise cliente.

  • Mission

L’entreprise cliente, pouvant être l’administration, une collectivité locale, une association ou tout particulier, confie une mission à une société de portage. Cette dernière dépêche la personne portée au sein de l’entreprise pour exercer ses compétences dans un domaine précis. Les missions peuvent alors être de différentes natures selon les activités du client. C’est ainsi que le manager de transition peut soumettre ses compétences à une entreprise cliente d’une société de portage salarial.

  • Cadre d’intervention

Le portage salarial touche à la fois le domaine du salariat et celui de l’entrepreneuriat. L’entreprise d’accueil confie des missions au consultant en portage salarial pour ses expériences propres. Cependant, le consultant peut agir de manière indépendante auprès de cette entreprise. La société de portage salarial procure les équipements dont le consultant a besoin pour réaliser ses missions. Les obligations administratives sont également à sa charge : facturation des tâches, encaissement du salaire, calcul et déclaration des charges sociales.

  • Profil requis

Un travail indépendant en portage salarial requiert un investissement personnel important, compte tenu de la nature des missions à réaliser. La personne portée est capable d’accumuler de nombreuses heures de travail, entre les phases de prospection, de négociation et d’exécution de ses missions.

  • Conditions liées à son exercice

Dans cette relation tripartite, la société de portage salarial reste l’entité qui emploie la personne portée. Cette dernière conserve toutefois son indépendance tout en gardant la couverture sociale d’un salarié. Les rémunérations sont ainsi adressées à la société de portage, conformément aux différentes missions qui ont été confiées au consultant.

La société de portage lui verse alors un salaire proportionnel aux missions qu’il a réalisées chez l’entreprise cliente. Ce salaire dépend généralement du chiffre d’affaires réalisé en fin de mission, et auquel s’ajoutent ses frais professionnels.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici