Afin de pouvoir pratiquer le métier de chauffeur VTC, la formation VTC est obligatoire. Il ne s’agit pas d’un impératif légal mais elle est indispensable pour maximiser les chances d’obtenir la carte VTC. Sans cette dernière, on ne peut pas pratiquer légalement en tant que prestataire VTC. Voici donc ce que toute personne intéressée doit savoir au sujet de cette formation.

Contenu de la formation VTC

Celle-ci varie en fonction de l’institution qui dépense la formation. Mais en général, les matières de base à étudier restent les mêmes puisqu’elles préparent les futurs chauffeurs à passer le même examen VTC, qu’importe où ils s’inscrivent. La formation VTC compte alors des matières théoriques et des exercices pratiques.

Le Droit des transports, à ne pas confondre avec le Code de la route, reste l’un des sujets les plus importants. Il permet de se familiariser avec la réglementation en matière de transport public. D’autres matières sont axées sur la pratique et aident le chauffeur VTC en herbe à mieux gérer son activité telles que la gestion ou le développement commercial. Le candidat sera interrogé sur 7 épreuves pour la partie théorique.

Quant à la partie pratique, qui se déroule dans les 12 mois après les tests d’admissibilité, cela consiste en une épreuve de conduite en tant que chauffeur professionnel VTC. Il s’agit en quelque sorte d’une épreuve d’admission que peuvent seulement passer ceux qui ont obtenu une moyenne de 10/20 lors des épreuves théoriques. Une moyenne de 12/20 est nécessaire pour réussir cette seconde épreuve.

Comment passer les épreuves VTC ?

Il est admis que tout détenteur de permis a le droit de devenir prestataire VTC. Cependant, puisque ce métier est réglementé, les chauffeurs doivent répondre à quelques conditions. Tout d’abord, il faut que les candidats à ce poste doivent être majeurs (personnes de plus de 18 ans) et titulaires d’un permis B. Cela nécessite alors une certaine expérience de conduite. Il y va de la sécurité des clients et du chauffeur lui-même. À ces critères, on ajoute le casier judiciaire vierge et la détention d’une attestation d’aptitude physique. Cela écarte de ce fait les incapables majeurs et les aliénés. Ensuite, certaines catégories de personnes sont interdites de conduite de VTC. Tel est le cas des capacitaires LOTI, d’après la loi Grandguillaume de 2018.

Les frais de formation VTC

Les tarifs exigés pour les formations varient également dans les centres de formation VTC. Ceux-ci incluent en général les frais de cours et les droits d’examen (150 euros environ). Les cours de préparation en ligne coûtent généralement moins cher, avoisinant les 400 à 500 euros. Les formations présentielles sont plus coûteuses notamment dans les villes aux alentours de Paris. Cela varie entre 700 à 1500 euros. Il est parfois plus judicieux de procéder à quelques comparaisons avant de choisir. Il ne faut pas oublier qu’en dehors de ces frais de cours, on doit aussi débourser d’autres frais comme les frais de création d’entreprises, le prix de la carte VTC ou encore les droits d’enregistrement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici